Lorem ipsum proin gravida nibh vel velit auctor aliquetenean idelit sollicitudin, lorem quis bibendum auci elit consequat ipsutis sem.
1-677-124-44227

184 Main Collins Street | West victoria 8007

Follow us On Instagram

Lorem ipsum proin gravida nibh vel velit auctor alique tenean sollicitudin, lorem quis.
Top

La nutrition chez les porteurs de prothèses dentaires et les conséquences sur la santé

Nos patients, les porteurs de prothèses dentaires, doivent être en mesure de se nourrir adéquatement même si leur situation ne leur permet pas toujours.

Plusieurs conditions peuvent expliquer la situation comme par exemple :

1- des prothèses inadéquates soit par leur conception ou leur état.
2- une morphologie inadéquate des gencives supportant les prothèses.
3- une maladie dégénérative comme l’Alzheimer.
4- l’absence de prothèses dentaires faute de moyens.
5- pour d’autres raisons.

Un autre facteur non négligeable qui affecte une grande portion de porteurs de prothèses est l’isolement. En effet, l’estime de soi est souvent touché; plusieurs personnes cherchent à cacher leur état. Au moins le tiers de ces personnes hésitent même à en parler à leur conjoint. Plusieurs études démontrent que l’isolement contribue à la perte d’appétit, ce qui n’est pas nécessairement relié aux prothèses dentaires mais bien à l’impact psychologique négatif d’en porter.

La perte d’appétit peut conduire à des carences alimentaires. Ces personnes sont alors exposées à des risques de pathologie. Les conséquences mènent parfois à la prise de médicaments augmentant le facteur de risque.

La perte des dents est associée à un déséquilibre d’adaptation. La perte des dents entraîne en général, une consommation réduite de fruits et légumes et une augmentation de la consommation des graisses, donc plus de calories.

Les porteurs de prothèses dentaires rencontrent souvent les problèmes suivants :

1- troubles de mastication
2- prothèses mal adaptées
3- occlusion dysfonctionnelle
4- troubles de l’ATM
5- sécheresse buccale
6- candidose

l’examen buccal permet alors de déceler :

1- des muqueuses rouges, sèches, vernissées
2- une langue dépapillée
3- une salive rare et collante

Il y a trois facteurs de risques qui accentuent les problèmes :

1- la radiothérapie
2- certaines maladies systémiques
3- de nombreuses classes de médicaments.
Note : la polymédication potentialise ce phénomène

symptômes :

1- l’halitose ( mauvaise haleine)
2- la dysgueusie ( altération du goût )
3- la sécheresse
4- les douleurs endo-buccales ( brûlures, etc )

Selon les nations unies, le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans est près du milliard. Ce chiffre devrait doubler en 2050 pour atteindre 2 milliards.

L’édentation devient un handicap des plus préoccupants, sachant que l’espérance de vie atteint une moyenne de 70 ans. Il y a donc une augmentation de porteurs de prothèses dentaires.

La dentition naturelle ne peut être totalement compensée par le port de prothèses dentaires amovibles. Une des conséquences est l’altération de la fonction masticatoire. En général, les dysfonctions masticatoires ont un effet négatif sur le choix du régime alimentaire, avec comme conséquence, la réduction de l’absorption de plusieurs nutriments essentiels. Les conséquences de l’édentation totale mènent jusqu’à des perturbations psychiques, émotionnelles, physiologiques et psychosociales. La réhabilitation prothétique permet tout de même d’améliorer un tant soit peu la qualité de vie.

La mastication est la première étape de la nutrition. Le bol alimentaire ( substances alimentaires mécaniquement modifiées par la mastication afin de les rendre apte à être dégluties ) une fois préparé et analysé grâce aux récepteurs sensoriels ( consistance, température, goût) peut être déglutie ou rejeté selon le cas.

Un cycle de mastication typique présente des caractéristiques particulières dans trois plans de l’espace :

1- dans le plan frontal, ce cycle a une forme elliptique
2- dans le plan sagittal, durant la phase d’ouverture, la mandibule exerce une légère propulsion.
3- pendant la phase de fermeture, elle exerce une rétrusion qui revient vers l’avant jusqu’à la position centrique.

Les trajectoires condyliennes sont également importantes à suivre dans le plan sagittal : Le condyle situé du côté travaillant suit une trajectoire en huit incliné vers l’avant. Il part de la position centrique en bas et en avançant lors de la phase d’ouverture et revient par l’arrière et le bas lors de la phase de fermeture en regagnant la position de départ par un petit glissement antérieur. Le condyle du côté non travaillant suit une trajectoire similaire qui ne diffère de la précédente que par l’absence de glissement antérieur lors du retour vers la position centrique.

Nous savons que les forces masticatoires sont de l’ordre de 19 à 70 Newtons environ et peuvent atteindre un maximum exceptionnel variant entre 137 et 260 Newtons. Lors des phases de fermeture et d’ouverture, la force est respectivement de 81 et 55 Newtons. Le maintien d’une force pendant l’ouverture est essentielle pour assurer la guidance des contacts occlusaux. Ce sont les muscles élévateurs et abaisseurs de la mandibule ainsi que les muscles faciaux sus-hyoïdiens et sous-hyoïdiens qui coordonnent les mouvements masticatoires.

Sachant tout ceci, lorsqu’il y a une édentation postérieure, l’efficacité de la mastication en est affectée d’une façon importante.

Note : Ce n’est pas tant le nombre de dents en bouche que le nombre de dents en occlusion qui nous permet d’évaluer l’efficacité de la mastication.

Donc, mis à part des considérations esthétiques, ce sont les surfaces occlusales des dents, en particulier les contacts entre les dents en occlusion qui permet d’assurer une mastication efficace.

Ce qui nous mène à penser qu’une dent légèrement usée augmente la surface de broyage du fait qu’il y a moins d’interférence entre les cuspides. Ceci permet une plus grande amplitude des mouvements de latéralité, facteur important dans une mastication efficace.

Le choix des dents utilisées pour la confection des prothèses dentaires devient important; et la morphologie idéale des cuspides ne doit pas nécessairement être comme une dent non-usée. (l’importance du meulage sélectif) Également, les dents postérieures ayant des cuspides plus
prononcées sont plus efficaces pour la mastication qu’une dent qui n’en a pas. ( dent 0 degrés versus une dent 33 degrés )

Les surfaces occlusales adéquates et ayant une bonne inclinaison buccale, permettent de tasser l’aliment au fond des fossettes, empêchant le bol alimentaire de glisser du côté buccal ou lingual à partir de la plate-forme occlusale. Une bonne inclinaison mésiale et distale des surfaces des dents permet de stabiliser la mandibule pendant la phase d’écrasement. La forme des cuspides permet également un glissement sans interférence favorisant la stabilité des prothèses avec un minimum d’usure des dents et un minimum de perte osseuse pour la mandibule.

Le remplacement des dents manquantes par des prothèses partielles ou complètes améliore la mastication mais n’atteint jamais la même efficacité qu’une dentition naturelle. Par contre, la baisse de l’efficacité masticatoire varie selon le type de prothèse. Par exemple, l’efficacité masticatoire d’un porteur de prothèses complètes, serait en moyenne l’équivalent d’un sixième de celle d’une personn( insérez l’image 10 )e ayant toutes ses dents.

Note : Le port d’une prothèse implanto-portée à la mandibule peut améliorer l’efficacité masticatoire jusqu’à 70 % selon le type de prothèse.

Un des inconvénients rencontrés chez les porteurs de prothèses complètes c’est qu’une large partie de la muqueuse est recouverte par la prothèse, empêchant ainsi les mécano-récepteurs d’analyser la dureté, la texture des aliments et la position du bol alimentaire pendant la mastication.

Ceci a pour effet de ne pas permettre au bol alimentaire d’être adéquatement préparé avant la déglutition. Il en résulte que le système digestif travaille plus fort qu’il ne le devrait, ce qui peut entraîner divers problèmes de santé ainsi qu’une dégénérescence prématurée généralisée.

Un autre facteur qui contribue à la diminution de l’efficacité masticatoire est l’obligation d’épaissir les bases des prothèses pour compenser la perte de dimension verticale à cause de la résorption des gencives. Les fonctions des lèvres, de la langue et des joues en sont ainsi atténuées.

La sécheresse buccale ou xérostomie empêche de lubrifier adéquatement la muqueuse et d’humecter les aliments secs. Il y a alors une accumulation de particules rendant impossible d’obtenir un bol alimentaire adéquat. La xérostomie joue également un rôle dans la stabilité des prothèses, augmentant ainsi le risque d’inefficacité masticatoire.

Les parties molles de la bouche jouent un rôle important dans la mastication. C’est la langue qui joue le plus grand rôle par sa motricité, sa capacité sensorielle et de localisation. La langue par sa face dorsale écrase certains aliments contre le palais, positionne d’autres aliments entre les arcades dentaires avec l’aide des joues et des lèvres. Elle participe aussi à la constitution du bol alimentaire en mélangeant
l’aliment broyé avec la salive, en rassemblant les particules dispersées dans la bouche afin de faciliter la déglutition.

Le facteur âge :

Les personnes âgées semblent mâcher plus longtemps que les jeunes et le nombre de cycles masticatoires est plus important avant d’atteindre la déglutition.

Les facteurs psycho-sociaux et l’altération de la cavité buccale contribuent à cette situation. L »âge lui même n’a pas d’impact. Ce sont plutôt les conséquences secondaires comme la perte des dents , les phénomènes physiologiques et pathologiques. La personnalité de l’individu a également une influence sur l’efficacité masticatoire.

Par exemple, une personne faisant preuve d’optimisme peut s’adapter à des situations bucco-dentaires compromises. À l’inverse, chez une personne anxieuse et pessimiste, cette adaptation est plus difficile.

Avec l’âge, le goût et l’odorat diminuent de façon significative contribuant ainsi à la perte d’appétit chez les personne âgées. Ainsi, le système digestif ralenti, ce qui entraîne un retard pour l’assimilation des nutriments.

Il y a également un risque d’augmentation de diabète et de cholestérol car le système digestif métabolise moins bien les glucose et les lipides.

Causes de mal-nutrition chez les personnes édentées :

1- Facteurs socio-économiques et socio-culturels :

Les patients qui ont de plus hauts revenus profitent d’un meilleur régime alimentaire. Ils ont facilement accès à des traitements efficaces et coûteux comme la pose d’implants dentaires. Les conditions financières deviennent ainsi plus importantes que l’efficacité masticatoire. Par exemple, si la personne âgée a des difficultés économiques, la viande les œufs et le poisson seront les premiers aliments exclus du régime alimentaire.

2- facteur perte d’autonomie :

Le risque de pathologies physiques et mentales augmente avec l’âge. Une des conséquences de la perte d’autonomie est le placement en centre d’hébergement. Manger est une activité sociale. Si une personne est isolée dans la solitude, cela peut contribuer à la malnutrition.à

3- facteur dentaire :

Plus l’édentation augmente, plus l’efficacité masticatoire diminue. Chez les personnes dépendantes, une mauvaise santé buccale entraîne une déficience dans la nutrition. La malnutrition peut entraîner un déficit immunitaire comme par exemple : une non-réponse anticorps lors d’une vaccination anti-grippale. La malnutrition réduit également les capacités du transit intestinal. Cette situation est également aggravée par la réduction de l’activité physique. Comme la muqueuse est fragilisée, apparaissent alors des symptômes plus fréquents de diarrhée. Non seulement ces troubles digestifs entretiennent le cercle vicieux de la malnutrition mais contribuent également à la déshydratation.

Selon l’OMS (organisation mondiale de la santé) On retrouve chez l’édenté total trois facteurs de handicap :

1- la déficience : perte des organes dentaires
2- l’incapacité : limitation dans le choix de la nourriture
3- le désavantage : de ne pas pouvoir prendre des repas en public

En rétablissant plus ou moins partiellement les fonctions déficientes et esthétiques, les prothèses contribuent à l’amélioration de la qualité de vie des personnes édentées. Elles donnent une meilleure image et un meilleur confort fonctionnel et social. Mais elles sont également un élément de stress lorsqu’elles sont inadaptées, instables et inconfortables.

Les porteurs de prothèses dentaires adaptent généralement leur régime alimentaire à leur mauvaise performance masticatoire. Ceci implique un choix d’aliments mous, facile à mâcher mais dont les qualités nutritionnelles ne sont pas les meilleures. Ces comportements alimentaires pourraient avoir des répercussions négatives sur la nutrition et la santé en général, ainsi que sur la qualité de vie.

Pour rendre une bouchée standardisée, les édentés ont un cycle de mastication deux fois plus important que les dentés du même âge.

La détermination du nombre de cycles nécessaires pour produire un bol alimentaire apte à la déglutition est multi-factorielle. C’est lié à une combinaison de facteurs physiologiques ( âge, sexe,puissance musculaire, occlusion, etc.); pathologiques ( port de prothèses, état dentaire, troubles de l’ATM, certaines caractéristiques de l’aliment comme la dureté et le goût.); ou de la personnalité.

Les porteurs de prothèses complètes amovibles ont tendance à avaler de plus gros morceaux d’aliments ( pas totalement mastiqués) en plus d’exécuter deux fois plus de cycles pour la déglutition. Le nombre de cycles compense pour l’inefficacité masticatoire du porteur de prothèses dentaires. La performance masticatoire des édentés pourrait se situer entre 15 et 25 % de celui des dentés.

Les facteurs liés aux prothèses elles-mêmes peuvent aggraver les performances masticatoires médiocres. Par exemple : une dimension verticale inadéquate, une mauvaise occlusion, mauvaises épaisseurs des bases, mauvais polissage,l’étendue des plaques bases, etc…

L’instabilité de la prothèse inférieure ne peut être corrigée que par la pose d’implants dentaires. Ce qui fait que les forces occlusales moyennes chez les porteurs de prothèses dentaires amovibles en l’absence d’implants varient de 77 à 135 Newtons alors que chez les dentés, ces forces peuvent atteindre de 330 à 522 Newtons.

Il est donc évident que la force de morsure chez un porteur de prothèses dentaires complètes haut et bas est inférieure à la force nécessaire pour mastiquer de la viande bouillie (80 N), des carottes crues (118N), du pain baguette ( 172N). Fait à noter : le montage des dents de la mandibule joue un rôle important dans la performance masticatoire des porteurs de prothèses complètes.

Le fait d’avoir un palais recouvert , empêche aux porteurs de prothèses complètes, de reconnaître la taille réelle des particules qui composent le bol alimentaire qu’ils avalent.

La hauteur des crêtes alvéolaires, surtout à la mandibule, joue un rôle important pour la stabilité des prothèses. Ainsi, l’efficacité masticatoire peut varier d’un porteur de prothèses à un autre.

Environ 80% des édentés porteurs de prothèses dentaires sont des sujets à risque de malnutrition; d’où l’importance de proposer des implants dentaires à chaque patient , au moins pour la mandibule.

Le risque de malnutrition est fréquent chez les personnes âgées édentées. Environ 50% des personnes âgées vivant en institution souffrent de malnutrition dont un manque de protéines.

CONCLUSION :

Plusieurs études confirment que les patients qui ont remplacé un dentier du bas par une prothèse supra-implantaire amovible ou fixe, ont modifié leur choix de nourriture et consomment des aliments plus durs à mâcher comme des carottes, des pommes et des noix. Ces choix permettent une mastication d’aliments moins raffinés qui contiennent plus de fibres, de vitamines et de protéines.

Il faut tout de même noter que les édentés portant des prothèses dentaires ont apprécié leur qualité de vie actuelle par rapport à leur mauvaise situation dentaire avant les extractions. En rétablissant tant bien que mal les fonctions déficientes par la mise en place de prothèses dentaires, la qualité de vie et l’estime de soi des édentés sont tout de même améliorées.

BIBLIOGRAPHIES ET RÉFÉRENCES

Papas.A.S., Palmer.C.A., Rounds.M.C., Russell.R.M., 1998, The effects of denture status on nutrition. Special Care dentistry. 18,17-25.

Sahyoun.N.R., Lin.C.L., Krall.E., 2003, Nutritional status of the older adult is associated with dentition status. Journal of the American Dietetic Association. 103, 61-66.

Tavitian, P., Tosello, A., Videau, J., Cornubert, L., Bonfil, J.J., 2010, État bucco-dentaire et statut nutritionnel : étude anthropo-épidémiologique chez les personnes âgées. Antropo, 22, 19-28.

Allen F., McMillan A., Food selection and perceptions of chewing ability following provision of implant and conventional prostheses in complete denture wearers. Clin. Oral Implants. Res 2002; 13 : 320-326

De Oliveira T.R., Frigerio M.L., Association between nutrition and the prosthetic condition in edentulous elderly. Gerodontology. 2004; 21 : 205-208

Engelen L., Fontijn-Tekamp A., Van Der B.A., The influence of product and oral characteristics on swallowing. Arch Oral Biol 2005; 50 : 739-746

English J.D., Buschang P.H., Throckmorton G.S., Does malocclusion affect masticatory perfomance? Angle Orthod. 2002; 72 : 21-27

Lesourd B., Nutrition : a major factor influencing immunity in the elderly., J Nutr. Health Aging 2004; 8 : 28-37

Dr Arach Madjlessi., Bien vieillir pour les Nuls., 2012, First-Grund., 4; 34; 25; 27; 28; 32; 33; 39; 59;
64; 71; 72; 96; 100; 102; 108; 116;,124; 127; 149; 176; 223-224-226;,235-237-238; 321-322-323;

Questions

1- Une des conditions rendant la nutrition difficile chez les porteurs de prothèses dentaires est :

A- avoir des prothèses vieilles de sept ans
B- de ne pas avoir de prothèses
C- la nourriture est trop froide
D- la nourriture est trop froide
E- aucune de ces réponses

2- Quels sont parmi les réponses suivantes, les problèmes qu’un porteur de prothèses dentaires peut rencontrer?

A- occlusion dysfonctionnelle
B- candidose
C- troubles de l’ATM
D- aucune de ces réponses
E- A-B-C

3- Un des symptômes pour déceler un problème chez les porteurs de prothèses dentaires est :

le patient a toujours faim
B- le patient parle beaucoup
C- le patient a de l’halitose
D- le patient sent l’alcool
E- le patient est anxieux

4- Le bol alimentaire est :

A- une salade exotique
B- une recette pour une diète équilibrée
C- une substance alimentaire toxique
D- une substance alimentaire mécaniquement modifiée par la mastication et prête à être déglutie

5- Lors de la phase de fermeture et d’ouverture de la mâchoire, les forces sont respectivement de :

A- 81 et 55 Newtons
B- 100 et 60 Newtons
C- 25 et 15 Newtons
D- aucune de ces réponses

6- L’efficacité masticatoire d’un porteur de prothèses complètes est en moyenne l’équivalent :

A- d’un huitième de celle d’une personne ayant toutes ses dents
B- d’un dixième de celle d’une personne ayant toutes ses dents
C- de celle d’une personne ayant toutes ses dents
D- d’un sixième de celle d’une personne ayant toutes ses dents
E- aucune de ces réponses

7- Qu’est-ce qui empêche de lubrifier adéquatement la muqueuse buccale et d’humecter les aliments secs?

A- la salive abondante
B- les métastases
C- la xérostomie
D- l’herpès buccal
E- l’Alzheimer

8- Selon l’OMS, quels sont les trois facteurs de handicap chez l’édenté?

A- la déficience, l’incapacité, le désavantage
B- la démence, l’incapacité, l’avantage
C- la défiance, la capacité, le désavantage
D- la méfiance, l’incapacité, le chantage
E- toutes ces réponses

9- Comment peut-on augmenter les forces masticatoires chez un porteur de prothèses dentaires complètes?

A- en lui donnant de la nourriture molle
B- grâce à un regarnissage
C- grâce à une base molle
D- avec la pose d’implants dentaires
E- aucune de ces réponses

10- Qu’est-ce qui empêche aux porteurs de prothèses complètes de reconnaître la taille réelle des particules qui composent le bol alimentaire?

A- la gencive sensible
B- d’avoir un palais recouverte
C- d’être en sur-occlusion
D- d’avoir des dents usées
E- toutes ces réponses sont bonnes

No Comments
Add Comment
Name*
Email*
Website