Le cancer est-il lié au candida albicans

Le cancer est-il lié au candida albicans

Qu’est-ce que le candida albicans?

Candida albicans est une levure sous forme de minuscule champignon unicellulaire.  Ce champignon partage notre corps avec des milliards de micro organismes.

Pour une santé optimale, l’équilibre doit régner entre les levures (20%) et les bonnes bactéries (80%).  Cet équilibre nous protège contre les virus agressifs, les bactéries pathogènes, les produits chimiques, etc…

Candida albicans peut causer bien des dommages lorsqu’il y a déséquilibre entre le pourcentage de levures et de bonnes bactéries.  La nourriture préférée du candida albicans est le sucre.  C’est ainsi qu’il se met à remplacer les espaces désertés par un affaiblissement des bonnes bactéries.  Il se développe en formant des colonies dans des endroits humides, chauds et sombres comme la peau, la bouche, les organes génitaux, les intestins.

Bien que ce champignon soit considéré comme potentiellement  dangereux, il fait néanmoins partie de la flore microbienne de plus de cent milliards de micro-organismes contenus dans l’être humain.  La présence du candida albicans est normale lorsque l’équilibre y est préservé.  C’est lorsque l’humain perd ses défenses immunitaires naturelles que candida albicans agit en prédateur.

Candida albicans est doté d’une membrane protectrice qui lui sert également à se nourrir sous forme d’osmose.  Ce champignon unicellulaire entouré d’un réseau de filaments blanchâtres ( appelés hyphes) de plus en plus ramifiés, s’accrochent aux tissus des muqueuses en y faisant pénétrer ses filaments jusqu’à en percer la membrane.  Lorsque l’accroissement de ces filaments prend racine dans les tissus de l’organisme, apparaissent des problèmes plus sérieux qu’on appelle candidose.

Même si la candidose est un signe de dérèglement de l’organisme plutôt qu’une maladie, elle peut provoquer des intoxications très graves.  Candida peut produire jusqu’à 79 produits toxiques dont certains peuvent entrer en contact avec le flux sanguin.

Candida se sert du sucre pour se tisser un biofilm qui lui sert de bouclier contre le système immunitaire et contre les anti-fongiques.  Cette « toile d’araignée » s’attache à la surface des muqueuses ( bouche, vagin, vessie, intestins, etc…) ce qui rend candida albicans très résistant tout en lui permettant de se développer.

La principale toxine que produit candida et qui la met en circulation dans l’organisme est l’ acétaldéhyde.  C’est une molécule très toxique responsable d’une grande partie des désordres reliés à la candidose.  Elle est également soupçonnée d’être cancérigène.  L’acétaldéhyde est même considérée comme une neuro-toxine.  Une autre toxine produite par le candida est la formaldhéyde, très toxique, allergène et cancérigène.

Polémique

Le docteur italien Tulio Simoncini fait polémique puisqu’il affirme que les cancers sont dus à l’agression du candida albicans.  En fait, on observe dans la plupart des cas de cancer, l’apparition d’une infection par le candida albicans.  La plupart des oncologues affirment qu’elle se développe post-cancer.  Pas Simoncini qui pense qu’elle a lieu avant et qu’elle serait donc à l’origine des cancers.

Les cancers agissent tous de la même façon.  Nous observons presque en tout temps des masses blanches comme le candida albicans.

Les causes du cancer sont assez mystérieuses si bien que tout peut être remis en question.  L’inhalation de toxines, la consommation d’aliments transformés, absolument tout peut avoir un lien de près ou de loin avec le cancer, et les candidas ne sont pas en reste.

Étant donné que la plupart de nos régimes sont pauvres en fibres et riches en glucides, nos corps sont souvent amenés à produire un excès de levures.

Si l’on regarde les régions du monde les plus touchés par le cancer, nous, les occidentaux, sommes parmi les plus « concernés ».

Au début des années 1900, le Dr. Danois Johannes Figiber a découvert un lien significatif entre le cancer et la croissance fongique.  Cela fait longtemps que l’on suspecte un lien entre la prolifération des levures dans l’organisme et le cancer.

Les  cancers et les levures ont des caractéristiques similaires :

  1. Ils se nourrissent tous les deux de sucre comme des parasites, l’utilisant pour devenir plus fort et pour conserver leur pouvoir sur les autres cellules
  2. Ils ne se reproduisent que dans un milieu anaérobique (en absence de l’air)
  3. Ils doivent être dans un milieu acide pour survivre
  4. Les cellules cancéreuses ont la même texture blanchâtre que les levures

Ce qu’il faut retenir :

  1. Les candidas sont des levures naturellement présentes dans notre corps et qui ne posent pas de problèmes tant qu’elles ne prolifèrent pas
  2. Quand elles prolifèrent, elles relâchent des toxines qui peuvent avoir des conséquences néfastes
  3. Des causes comme une utilisation abusive des antibiotiques, un stress excessif ou une mauvaise alimentation peuvent mener à une candidose chronique
  4. À ce stade, la recherche ne permet pas d’avancer que le candida est la cause d’un cancer.  Ce n’est peut-être qu’une conséquence.

 Les 8 symptômes qui doivent vous alerter :

Causes d’une candidose :  l’excès de sucre, le stress, l’utilisation abusive d’antibiotiques, la prise de certains médicaments, le diabète.

  1. Une fatigue constante et l’envie de rien :  une fatigue générale du corps et de l’esprit avec un manque d’envie de faire quoi que ce soit.
  2. Balloné et rassasié dès les premières bouchées :  le patient est balonné et le ventre gonfle.  La nourriture liquide cause une tension gastrique et lorsqu’on mange du solide, on a souvent l’impression d’être rassasié dès les premières bouchées, ou que les aliments ne descendent pas.
  3. Maux de tête du soir :  des migraines de fin de journée.  Une céphalée qui donne l’impression que la tête est prise dans un étau.  Difficultés de concentration.
  4. Une addiction au sucre : une envie irrésistible et continuelle de sucre, une prise de poids conséquente.
  5. Mycoses vaginales à répétition : si une personne consulte souvent pour un problème de mycoses vaginales ou buccales chroniques, on peut commencer à se poser des questions et analyser le risque de candidose dans les intestins.
  6. Les démangeaisons dans les plis de la peau : de réactions semblables à celles d’une allergie, cela peut aller de démangeaisons au niveau des plis de la peau à des rhinites allergiques, voire des conjonctivites.
  7. Démangeaisons à l’anus : le prurit anal est une sensation cutanée qui entraine une démangeaison au niveau de l’anus et peut parfois s’étendre dans le pli inter-fessier, le scrotum, ou la vulve.
  8. Des signes semblables à ceux d’une dépression : perte d’envie, état brumeux, l’impression de ne pas avoir les idées claires et d’être tout le temps fatigué.

Comment le candida fabrique-t-il un cancer?

C’est une des maladies du siècle.  Pour nous denturologiste, le dépistage se fait dans la bouche.

C’est notre vie d’aujourd’hui qui en est responsable :

  • Acidification de notre organisme
  • Appauvrissement de notre système immunitaire
  • Mauvaise qualité de la nutrition

Résultat? :  prolifération de la candidose.

Pourquoi?:  parce qu’il y a 100 ans, les conditions de prolifération de ce champignon n’étaient pas réunis.  On consommait de véritables aliments entiers, et intacts.  Nous n’étions pas exposés comme aujourd’hui aux antibiotiques, à la « mal bouffe » , aux aliments transformés et industriels.  De plus, nous n’étions pas exposés à tous les produits toxiques qui altèrent notre environnement comme les pesticides, herbicides et autres produits ménagers chimiques et agressifs.  La plupart des aliments produits pour notre consommation actuelle sont à 50% éloignés de leur état naturel d’origine.

Il y a 100 ans, les fruits étaient moins sucrés parce qu’intacts.  Les aliments étaient naturellement bios, non modifiés génétiquement, non polués par les herbicides et pesticides utilisés actuellement, non calibrés, ni poussés artificiellement mais plutôt,  issus d’une terre riche qui se transmettait aux récoltes.

Consommer des aliments pauvres nutritionnellement mais riches en toxines et en sucres est le meilleur moyen de développer une candidose chronique.

Candida et cancer, comme un Tango?

Des aliments comme les produits industriels riches en sucre, en sirop de glucose et en toxines en plus d’êtres transformés, ont une qualité commune :  ils sont acidifiants.  Ce qui signifie qu’ils contribuent à acidifier l’organisme.

Cet environnement acide convient tout à fait au déclenchement du candida qui va en grandissant, produire des micro-toxines.  Ces micro-toxines sont tout simplement des déjections du candida… ses matières fécales si vous préférez.  Ces micro-toxines voyagent dans les cellules de l’organisme via le sang et la lymphe.  Le système immunitaire est alors en alerte constante pour combattre ces envahisseurs et s’affaiblit sous la quantité lorsque rien n’est fait pour contenir la contamination.  C’est alors que les cellules cancéreuses auront tout le loisir de se développer.

Comment le corps transforme l’expression du candida en cancer?

D’un point de vue microbiologique, le candida envahi divers parties du corps ou organes sur lequel il se nourrit.  Un organe dont les tissus ont été attaqués se défend en produisant des cellules qui ont pour objet s’enkyster la colonie de champignons et ainsi de la séparer du reste de l’organisme et limiter sa pollution.  

C’est aussi dans ces circonstances que des gènes peuvent s’exprimer de façon amplifiée dans un effort de défense des tissus attaqués.  De son côté, le système immunitaire va interpréter la présence des colonies de champignons comme des envahisseurs externes, ce qui va aussi stimuler une réaction d’enkystement.  C’est de cette façon que le champignon va provoquer un épithéliome, un adénocarcinome, un ostéosarcome, un glioblastome, etc…

De la maturité cellulaire à la malignité

Au début, l’organisme est capable d’envoyer des cellules matures pour contenir la prolifération du champignon, mais alors que la colonie grandit et que les tissus s’épuisent, les cellules deviennent de plus en plus immatures jusqu’à l’anaplasie. (Les cellules deviennent malignes)

Le ratio entre les tissus différenciés et les tissus conjonctifs d’un organe, détermine la capacité de réaction et aussi le degré de malignité d’une néoplasie (tissus nouvellement formé d’une tumeur bénigne ou maligne).   Plus les cellules nobles s’amoindrissent, plus la tumeur devient maligne et invasive.

Donc, d’un côté on a des tissus nobles plus difficilement attaquables (muscles, nerfs) et de l’autre, de simples tissus conjonctifs.

Les tissus glandulaires, à cheval entre ces deux types de tissus, disposent de cette capacité à enkyster un champignon et vont fabriquer des tumeurs malignes en s’opposant à l’invasion du candida.  Pourquoi? Parce que dès que le tissus glandulaire est épuisé, la tumeur bénigne devient maligne.  Le même candida attaque des tissus différents et il s’adapte à chaque fois au type d’environnement qu’il rencontre.  Plus l’environnement est acide et anaérobique, mieux il se développe.  C’est une des raisons pour laquelle la chimiothérapie lui convient si bien et que les personnes qui la subissent ont souvent des infections fongiques plein la bouche.

Conclusion

Les émotions peuvent contribuer au développement d’une maladie maligne.  30% des cancers sont provoqués par le tabac et 30% par des hormones.  Les œstrogènes chez la femme (cancer du sein) et la testostérone chez l’homme (cancer de la prostate).  Les hormones agissent comme des engrais pour les cancers.  20% des cancers nous proviennent de l’alimentation, 20% des autres cancers sont causés par des agents infectieux comme le papillomavirus ou l’hépatite.  Finalement,  5 % peuvent être causés par des facteurs périfériques comme la radioactivité, Le Soleil ou encore, l’hérédité.

C’est un gène qui est responsable du cancer.  On l’appelle « oncogène ».  C’est le gène qui fait se développer les cellules.  Mais lorsque développement n’arrête plus, que la multiplication des cellules se fait trop rapidement, cela peut devenir un cancer. C’est le cas des cellules de virus comme le HPV ou le virus de l’hépatite.

Les oncogènes sont présents dans l’ADN de tout ce qui vit sur terre.  Les gènes du cancer (oncogènes) sont les gènes de la vie.  Ce sont ces gènes qui sont à l’origine de la vie par leur rôle dans la division cellulaire.  Mais lorsque ce sont des cellules malades qui se divisent, ces gènes sont également responsables de la mort.

Heureusement qu’il existe le gène anti-oncogène.  Celui qui freine le développement cellulaire lorsqu’il n’est plus nécessaire.  Ce gène freine la division cellulaire.

Par exemple, lorsqu’il y a une blessure, les cellules oncogènes s’activent jusqu’à cicatrisation.  Les cellules activent alors leurs anti-oncogènes, et la prolifération cellulaire s’arrête net.

  S’il y a un excès des premiers ou un défaut des seconds, la cellule s’emballe, se multiplie, prolifère et aboutit à un cancer.  Et c’est du déséquilibre entre les deux forces génétiques oncogènes et anti-oncogènes contradictoires que naît la vie.  C’est le déséquilibre entre ces deux forces que naît le cancer.

Par nature, le cancer n’est qu’un excès de vie, une vie incontrôlée qui prolifère.  Donc, une surproduction de candida albicans pourrait bien dégénérer en cancer spécifiquement au niveau du colon.

Le cancer est une maladie multifactorielle et complexe.  Le cancer n’est pas une maladie psychologique et le stress n’est pas une cause de cancer.  En fait, c’est l’incapacité à gérer correctement le stress qui est à l’origine de cet impact des événements psychologiques sur le développement de cette maladie.  L’effet du stress sur la progression du cancer est lié à notre incapacité à supporter celui-ci et à le gérer.  On ne peut qu’apprendre à vivre avec la maladie jusqu’à guérison ou jusqu’à la mort.  C’est un peu comme si nos cellules se suicidaient pour mettre fin à leur souffrance.

Cancer de l’alvéole mandibulaire

Bibliographie

Thaker, P.H. « Neuroendocrine influences on cancer biology «  Séminaire cancer, vol 18, no.3, juin 2008, p.164-70

Sood, A . K. « Stress hormone-mediated invasion of ovarian cancer cells «  Clin.. Cancer, vol. 12, no.2, 2006, p.369-375

Simonton, Carl. «  L’aventure d’une guérison » Belfort, Paris, 1993

Le Shaw, L. « Cancer as a turning point » New York, E.P. Dutton, 1990

Jay J. « Est-ce la faute de candida albicans » éditions de la semaine, Montréal, 2019

Dvorak, H. F. « Tumors : wounds that do not heal.  Similarities between tumor stroma generation and wound healing. », New England journal of medecine , vol 315, no. 26, 1986 p. 1650-1659

Schmale, A. H. Et H. Iker. «  The psychological setling of uterine cervical cancer «  , Am. NY Acad. sci. Vol. 125, 1966, p. 807-813

Boukaram, C. «  Ce pouvoir anti cancer des émotions » éditions de l’homme, Montréal, 2011

Yang, W., T. Staps et E. Humans, « Existancial crisis and the awareness of dying : the role of meaning and spirituality « oméga, vol.61 no 1, 2010, p.53-69.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin
Share on email
Share on pocket
Share on whatsapp

Latest Posts

Traitements à la mandibule

Si vous avez de gros problèmes avec vos dentiers; dites-vous que vous n’êtes pas seul. Plus de 40 millions d’Américains

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin
Share on email
Share on pocket
Share on whatsapp

Related Posts

Traitements à la mandibule

Si vous avez de gros problèmes avec vos dentiers; dites-vous que vous n’êtes pas seul. Plus de 40 millions d’Américains

alzheimer et denturologie

Alzheimer et Denturologie

Vivre avec un proche victime d’Alzheimer est un défi. Mais au-delà de la maladie, il y a l’amour. Cette maladie

Scroll to Top