Lorem ipsum proin gravida nibh vel velit auctor aliquetenean idelit sollicitudin, lorem quis bibendum auci elit consequat ipsutis sem.
1-677-124-44227

184 Main Collins Street | West victoria 8007

Follow us On Instagram

Lorem ipsum proin gravida nibh vel velit auctor alique tenean sollicitudin, lorem quis.
Top

L’OCCLUSION ET LES TYPES D’IMPLICATIONS

Dans notre profession, nous rencontrons constamment des porteurs de prothèses qui ont des problèmes de mastication, de digestion et de dysfonctions diverses au niveau buccal. Nous sommes appelés à corriger ces déficiences une fois sur deux. Le denturologiste devient donc un « thérapeute du système masticatoire ».
Aucune spécialité dentaire ne peut se pratiquer adéquatement sans avoir une bonne compréhension de comment les dents entrent en relation avec le reste du système masticatoire. Cette compréhension est de notre compétence. Un de nos rôles importants est la prévention. Les problèmes que nous rencontrons dans notre profession, sont pour la plupart issus de mauvais traitements dentaires, de négligence ou d’ignorance.
Nous devons tenir compte de l’interrelation entre les dents, l’ATM (sujet 21 suivre dans un autre texte éducatif), les muscles ainsi que les tissus de support. Nous pouvons alors proposer le meilleur plan de traitement pour réhabiliter les dysfonctions de l’occlusion chez les édentés partiels ou complets.

L’OCCLUSION ET LA DENTUROLOGIE

Les problèmes que nous rencontrons le plus fréquemment dans notre pratique, sont souvent reliés à un mauvais enregistrement de l’occlusion centrée des prothèses complètes existantes. Bien entendu, bien que moins fréquents, les problèmes d’occlusion sont également présents en prothèse partielle. (fixe ou amovible)
Exemple : Un patient qui souffre d’attrition.
Bien des restaurations dentaires peuvent entraîner de graves conséquences à l’occlusion. De là l’importance pour nous de bien comprendre les réponses de cause à effet face aux problèmes d’occlusion. Cela nous permet de sauver temps et argent, en plus d’améliorer le confort du patient et de gagner sa confiance.

DÉSORDRES DE L’OCCLUSION; SIGNES ET SYMPTÔMES

Les désordres de l’occlusion sont les facteurs numéro un pour les situations suivantes :
a- la perte des dents
b- le besoin de traitements répétitifs chez le dentiste
c- des douleurs et inconforts de la musculature, des dents et de l’ATM
d- de l’instabilité en orthodontie
e- de l’hypersensibilité dentinaire
f- d’un mauvais diagnostique menant à de l’endodontie inutile.
g- la résorption accélérée des crêtes osseuses chez les édentés

L’USURE DES DENTS

Quelques nuances (définitions)
L’attrition : usure générée bien souvent par le bruxisme, provoquant une dégradation uniforme de l’émail des dents jusqu’à la dentine. Suivent alors un changement de la dimension verticale, entrainant à long terme, des problèmes de l’articulation temporo-mandibulaire.
L’abrasion : usure des dents cause par un corps étranger. EX : chique de tabac, brossage de dents inadéquat, cure-dent, etc…
L’érosion : Usure des dents causé par un agent chimique liquide, qui peut être interne (acide gastrique), ou externe. (par une nourriture ou liquide dont le ph est moins de 5.5) ex : les boissons gazeuses, vitamines c en pastilles.

DOULEURS MUSCULAIRES

Causées souvent lorsqu’il y a un manque d’harmonie entre l’occlusion et l’ATM (sujet d’un autre texte éducatif). Il en résulte un déplacement du joint temporo-mandibulaire causant des douleurs chroniques, des bruits ou sifflements dans les oreilles, pouvant même conduire à une forme d’acouphène. C’est un des problèmes que nous rencontrons souvent dans notre profession. Souvent, ce sont des prothèses dentaires dont l’occlusion centrée était inadéquate au départ. Le patient fonctionne plusieurs années en position ”acquise” et développe ainsi un désordre de l’occlusion. Il faut également se méfier des meulages sélectifs trop « sélectifs”.

L’HARMONIE NEUROMUSCULAIRE DÉFEND DE L’HARMONIE STRUCTURELLE ENTRE L’OCCLUSION ET L’ATM

Chaque partie du système masticatoire a été conçue pour un usage spécifique.

A- La cavité glénoïde : sa forme est critique pour le bon mouvement de la mâchoire
B- La branche montante de la mandibule terminée par un fulcrum, forme une penture permettant l’ouverture et la fermeture de la mâchoire.
C- A l’aide d’un disque articulaire cartilagineux, le mouvement complexe de la mâchoire peut s’exercer en propulsion et en latéralité selon le besoin, sans pour autant compresser l’œsophage et les voies nasales.
D- Les ligaments attachés au disque articulaire, permettent de limiter les mouvements tout en évitant une dislocation de la mâchoire. Nous appelons cette capsule articulaire : Joint temporo-mandibulaire.
E- Maintenant que nous avons une structure mécanique en place, les fonctions précises des mâchoires seront assurées par les muscles.
F- Il ne reste plus qu’à y ajouter les dents.

Il est dors et déjà important de déterminer la bonne relation physiologique des mâchoires avant même de déterminer le bon alignement et la relation occlusive des dents. Les dents doivent être ajustées en fonction de l’harmonie de la relation neuromusculaire des mâchoires. C’est là ou en édentation complète, l’articulation vient jouer son rôle de relation maxillaire/mandibule.
Donc, pour assurer une restauration de l’occlusion, les trois recommandations suivantes sont essentielles :

1- Toute analyse de l’occlusion commence par l’ATM. Le joint doit être capable d’accepter les forces des mouvements sans inconfort.
2- L’harmonie des dents antérieures avec l’ensemble des fonctions et leurs bonnes relations avec les lèvres, la langue et le plan d’occlusion.
3- Les contacts des dents postérieures ne doivent pas interférer avec l’ATM ni avec le plan guidant des antérieures.

BIBLIOGRAPHIE

Lytle JD : Clinician index of occlusal desease : defenition, recgnition, and management. IN T J Periodontics Restorative Dent 10(2): 102-123, 1990
Coleman TA, Grippo J O, Kinderknecht KE: Cervical dentin hypersensitivity. Part III: resolution following occlusal equilibration. Quintessence Int 34(6): 427-434, 2003
Abrahamsen TC: Occlusal attrition-pathomgnomonic pattems of abrasion and erosion. Presented at the American Academy of restorative Dentistry, Chicago, Febuary 1992
Zola A: Morphologic limiting factors in the temporomandibular joint, I Prosthet Dent l3:732-740, 1963
Nelson S, Ash MM: Wheeler’s dental anatomy, physiology, and occlusion, ed 8, St Louis, 2003, WB Saunders

L ’ OCCLUSION ET LES TYPES D ’ IMPLICATIONS

Avant de proposer un plan de traitement, il faut être en mesure de déceler les types d’implications. Selon le Dr. Peter E. Dawson DDS, il existe trois types d’implications.

1- IMPLICATIONS IMMEDIATES :

Ce sont des problèmes qui sont dans un stade actif de déformation, de dysfonction ou de progression d’un désordre de l’occlusion causant des inconforts ou douleurs. Si les situations de cette catégorie ne sont pas décelées à temps, les délais encourus accentueront les complications et résulteront en des traitements plus coûteux et plus complexes. D’autant plus que les résultats de ces traitements ne seront peut-être pas optimaux. Il faut être à l’affût des “signaux” que bien souvent le patient ignore mais qui sont précurseur d’un dommage à venir, bien avant que les symptômes n’apparaissent.

2- IMPLICATIONS EN DIFFERE :

Ce sont des problèmes qui auront besoin d’être traités mais qui peuvent être reportés sans causer de dommage à long terme au système d’occlusion. Certains problèmes immédiats peuvent être différés temporairement sans pour autant aggraver la situation du patient.
Exemple de situation : Une patiente avec bon nombre de dents manquantes depuis plusieurs années ayant une malocclusion évidente, en attente d’une extraction totale et installation d’implants dentaires : Dans un premier temps, confection de prothèses complètes immédiates, extractions, puis installation des prothèses. Au cours du processus de guérison, ces appareils serviront de prothèses temporaires pour graduellement ajuster l’occlusion et l’ATM (sujet d’un autre texte éducatif) en position désirée. Dans un second temps, installation d’implants dentaires et réalisation de prothèses finales sur implants selon les nouveaux paramètres. (Ce processus peut s’échelonner sur dix a dix-huit mois.)

3- IMPLICATIONS POUR TRAITEMENTS OPTIMAUX :

Ce sont les indications que des traitements seraient intéressants, mais n’impliqueraient pas des problèmes qui causeraient des dommages à long terme s’ils ne sont pas traités. Le plus bel exemple est un traitement pour améliorer l’esthétique uniquement.

No Comments
Add Comment
Name*
Email*
Website